Départ 7h45 - il a beaucoup plu cette nuit, tout est détrempé, c’était ma dernière nuit en bivouac. Rapidement j’arrive à la pointe du Moustoir, la côte est toujours très belle, haute et sauvage ; ça ne dure malheureusement pas longtemps et débouche sur un parking herbeux puis une route qu’il faut remonter pour bifurquer sur un très joli sentier vallonné qui forme un tunnel de verdure et procure de temps en temps quelques vues aériennes sur l’embouchure de la Vilaine et la campagne environnante. J'y entame ma plus longue randonue de mon périple. Après le pont Vannes, mon plan n’indique plus de chemin ; il en existe pourtant un bien balisé qui mène à une route qu’il faut prendre sur 500 m et je retrouve un autre beau sentier de 3 km avec une seule vue, mais magnifique. Arrivé à proximité du barrage d'Arzal, il faut passer par le lotissement privé. Une fois le pont franchi, je retrouve un trés beau sentier de 10 km qui alterne entre les rives de la Vilaine et les hauteurs mais toujours avec des vues. Je redécouvre avec grand plaisir la Roche Bernard, le vieux port est adorable car minuscule, agrémenté de gros et beaux rochers, c’est très touristique mais les commerces se fondent bien aux décor. Le village lui-même est en hauteur, accessible par d’agréables petites ruelles, les maisons sont belles et il y a plein d’artisans, rien à redire à voir absolument. Je repars par un sentier qui alterne de rares passages au bord de l’eau, offre peu de point de vues et passe souvent sur des chemins d’exploitation où là aussi rien n'est indiqué sur mes plans et pourtant c’est balisé par une succession de randos locales. Attention après le lieu dit du Haut Verger, une fois la passerelle franchie, ne pas suivre le circuit de la ville Aubin mais prendre par la croix rouge et longer le bord, c’est joli et mène directement à la suite. Un vieux monsieur à casquette et chemise à carreaux m'offre une bière tiède chez lui où j’ai passé un bon moment à discuter. Je quitte le sentier balisé à Bringuin après Port Foleux pour rejoindre St Cry où Véro me rejoint car demain j’ai un imprévu qui m’oblige à rentrer. Je ne saurai donc jamais s’il est possible de rejoindre Redon le long de la Vilaine, ne faisant plus confiance aux infos de mon plan ign mais j'en doute quand même.

41 km en 9 h de marche vallonné

clic sur photo pour agrandir (voir mode d'emploi du blog)

SUITE ET FIN DANS RUBRIQUE ILLE ET VILAINE

DSC02278a

DSC02279a

DSC02281a

DSC02280aDSC02283a

DSC02296a

DSC02297a

DSC02298a

DSC02299a

DSC02301aDSC02300a

DSC02303a

DSC02304a

DSC02306a