Départ 7h45. Rapidement le sentier qui démarre dans les dunes quitte la grande plage de Raguenez. Le beau sentier prend de la hauteur. Sur les deux premiers kms, les maisons à l’arriere se font progressivement plus rares et plus éloignées avec au passage le joli contournement de l’anse de Ruspico, puis c’est 6,5 km d’une superbe côte inattendue, haute falaise avec de la lande fleurie derrière et de magnifiques rochers effilés aux différentes formes qui font travailler l’imaginaire, ceci jusqu'à Port Manec’h d’où commence la remontée le long de la rivière Aven, au départ c’est idem au bord de côte vue précédemment puis le sentier descend plus proche de l’eau sur un très agréable chemin boisé qui contourne quelques gros rochers ronds que l’on observe aussi dans l’eau et qui se reflètent comme un miroir, il y a plein de toits de chaume qui couvrent de grandes et belles propriétés dans tout ce secteur, le sentier fait plein de tours et détours. Ce passage est magnifique, pas étonnant qu’il inspire de nombreux peintres. La fin avant d’arriver à Pont Aven est moins belle. Je n’ai jamais trouvé cette ville vraiment jolie et aujourd’hui pas plus, hormis bien entendu le beau passage de l’Aven par différentes structures en pierre au milieu du village, dont sans doute les plus belles toilettes publiques de France. Une patronne de bar à qui j'ai pourtant pris deux demis, grogne parce que je lui ai demandé un litre d'eau qui va la ruiner, décidément Pont Aven et moi ça va pas. Le retour sur l’autre rive est entièrement sur route de campagne en plein cagnard avec juste une vue sur un château et comme depuis le début de la journée avec de grosses montées et descentes très pénibles et le stop qui ne fonctionne pas avec les trois voitures qui sont passées. Ensuite j’enchaine directement par la jolie remontée le long de la rivière du Belon, dont j’estime le contournement complet à une journée complète. N’ayant pas du tout envie de longer cette rivière probablement vaseuse, je décide de prendre le bac indiqué sur mon plan, sauf qu’il n’existe plus depuis très longtemps, me prend l’idée de traverser les 100 m avec mon sac sur un radeau de palette et moi à la nage, essai de flottabilité des palettes fait, je redescends sur terre et interpèle un zodiac qui m’envoie promener par un "je bosse moi", deuxieme essai avec un monsieur à la godille qui me dit très justement qu’à deux ce serait trop dur avec le fort courant, troisième essai avec une annexe à moteur et bingo, c’est un allemand très sympa qui me fait ce bonheur, fin de rando mi sauvage mi urbanisée. J’arrose ce passage au bistrot et campe après Kerfaty sur Mer au dessus d’une belle plage, après avoir hésité à me laisser enfermer par la marée sur une île qui est au bout de la pointe, mais comme le vent est fort et l’île plate j’y renonce. Je passe une partie de la soirée sur la plage, un moment de détente bien mérité car cette journée de rando était difficile.

38km en 9 h de marche

clic sur photo pour agrandir (voir mode d'emploi du blog )

DSC01934a

DSC01938a

DSC01940a

DSC01941a

DSC01943a

DSC01945a

DSC01946a

DSC01948a

DSC01949a

DSC01950a

DSC01952a

DSC01953a

DSC01954a

DSC01955a

DSC01956a

DSC01957a

DSC01958a

DSC01959a

DSC01963a

DSC01965a

DSC01966a

DSC01968aDSC01961a

DSC01971aDSC01972a